Site Home   Le genre dans l’enseignement médical       Introduction to Gender and Health   The Gender Lens Tool

Congé parental

Comme les naissances ou les adoptions d’enfants durant les études médicales ou la résidence sont de plus en plus fréquentes, les écoles de médecine doivent réagir à cette réalité.

 

Quels sont les messages qui vous ont été transmis pour ce qui est :

 

  • de commencer une famille?

  • de rester à la maison avec les enfants?

  • des rôles liés aux soins dispensés aux membres de la famille?

  • de poursuivre une carrière?

1.

Que pensez-vous des congés parentaux durant la formation médicale?

2.

Vos points de vue sont-ils sexistes?

3.

Le fait que vous vouliez prendre un congé parental durant votre formation médicale aurait-il une influence sur votre choix de spécialité?

4.

En quoi vos perceptions seraient-elles différentes si vous étiez de l’autre sexe?

 

 

L’information ci-dessous pourrait vous aider à explorer vos pensées sur les congés parentaux.

 

Ce qui suit est un extrait d’un document écrit par Jessica Hopkins (Université Western Ontario), Sadiqa Khan (Université Queen’s) et Robin Williams (Université Queen’s).[9]

« Congé parental pour les étudiants en médecine »

 

En moyenne, les étudiants en médecine commencent leurs études à l’âge de 23 ans. En comptant quatre ans à l’école de médecine et jusqu’à six ans de résidence, le médecin spécialiste moyen peut avoir 33 ans ou plus quand il commence sa carrière. C’est une période de la vie à laquelle bien des gens choisissent de commencer leur famille. Nous ne pouvons pas demander à nos futurs médecins de faire passer leur formation médicale avant leur désir de fonder une famille.

Le contrat de la PAIRO (Professional Association of Residents and Internes) à l’intention des résidents reconnaît que les résidents doivent avoir la possibilité de commencer une famille pendant qu’ils terminent leur formation et comprend des règles relatives au congé parental et à la modification de la charge de travail durant la grossesse. [10][11] La FEMC (Fédération d’étudiants en médecine du Canada) s’est dotée d’une charte nationale pour les étudiants en médecine de cycle supérieur. Celle-ci conseille vivement à chaque école de médecine d’avoir une politique sur le congé parental qui met l’accent sur la souplesse offerte aux étudiants. [12] L’AMC (Association médicale canadienne) recommande que « les écoles de médecine et les établissements de formation démontrent leur engagement envers le bien-être des médecins en fournissant des imitations de rôles efficaces et des programmes de mentorat qui valorisent le repos requis, le sommeil, l’exercice, la saine alimentation, les loisirs et la vie familiale ». [13] Le congé parental pour les étudiants en médecine est implicite dans cette recommandation.

Conformément aux politiques de la PAIRO, de l’AMC et de la FEMC, nous croyons qu’une politique sur les congés parentaux devrait être en place pour tous les étudiants en médecine, à tous les niveaux de leur formation et dans toutes les écoles de médecine. Les politiques sur les congés de maternité et parentaux devraient être rendues publiques et les écoles devraient activement les appuyer. Pour que cette information soit aisément accessible aux étudiants, ils doivent pouvoir l’obtenir librement et la trouver facilement dans le site Web de l’université, de même qu’aux bureaux des études de premier cycle.

Recommandations pour les congés parentaux:

  1. Chaque école de médecine devrait avoir une politique officielle sur les congés parentaux pour les étudiants en médecine de tous les niveaux, dont ceux qui adoptent un bébé ou un enfant, qu’il s’agisse de couples mariés, de couples en union de fait ou de couples du même sexe.

  2. La politique doit mettre l’accent sur la souplesse dont peut jouir l’étudiant.

  3. La politique doit couvrir les congés de maternité et parentaux, pour la naissance ou l’adoption d’un bébé ou d’un enfant.

  4. La politique doit traiter de la modification, au besoin, de la charge de travail de l’étudiante durant la grossesse, par exemple, pas d’appels de nuit à partir d’un certain moment de la grossesse et des quarts de travail d’une durée maximum.

  5. La politique doit faire en sorte que l’éducation de l’étudiant ne soit pas compromise.

  6. Le congé parental doit être accordé sans porter préjudice au niveau scolaire ou à l’admissibilité à l’aide financière.

  7. Tous les étudiants en médecine doivent être informés de l’existence d’une telle politique et celle-ci doit être aisément accessible.

 

1.

Après avoir lu le présent document, vos sentiments à l’égard des congés parentaux ont-ils changé? Que pensez-vous des congés parentaux maintenant?

 

_________________________________

9. J. Hopkins, S. Khan et R. Williams. Parental Leave (Rapport de recherche, été 2002). [Site Web]. Accès le 12 juillet 2004.

10. H.M. Swick, P. Szenas, D. Danoff et M.E. Whitcomb. (1999) Teaching professionalism in undergraduate medical education. Journal of the American Medical Association 282 : 830-832.

11. PAIRO, 2000-2002 PAIRO-OCOTH Agreement. Section 15 et pièce jointe 3. Avril 2000. Accès le 23 juillet 2002 au www.pairo.org/about/2002agreement/index.html.

12. Fédération d’étudiants en médecine du Canada, National Medical Student Charter. Accès le 23 juillet 2002 au www.cfms.org/representation/pospapers/articles.asp?pospaper_id=12.

13. Association médicale canadienne, Santé et mieux-être des médecins (2000) Accès le 23 juillet 2002 au www.cma.ca/staticContent/HTML/N0/l2/studentlounge/action/05.asp.

All references for this section